À propos de cette revue

Lancée en 2016, la RIELF est la revue de l’Association Internationale des Économistes de Langue Française (AIELF). Elle est produite dans le cadre d’une coopération entre l’AIELF, l’Université de Sciences Économiques et de Gestion de Poznań (USEGP) et l’Université Bernardo O’Higgins de Santiago de Chili (UBO). Les opérations matérielles d’édition et la gestion des expéditions sont réalisées par l’USEGP. La RIELF est généraliste et semestrielle et elle est publiée entièrement en français. Sa gamme de sujets comprend des articles sur l'économie et la finance, la gestion et les sciences de la qualité, ainsi que sur les relations internationales, qui sont evalués en double-aveugle par des spécialistes indépendants des centres universitaires polonais et étrangers.

Numéro courant

Vol. 8 No 2 (2023)
					Afficher Vol. 8 No 2 (2023)
Nous présentons à nos lecteurs le numéro 2/2023 de la RIELF, qui est composé de huit articles rédigés par une quinzaine d’auteurs issus de pays tels que : le Burkina Faso, le Mali, la Pologne, le Sénégal et le Togo. Les deux premiers articles concernent les enjeux de santé mondiale. Les six articles restants font référence à l’Afrique : 49 pays africains, pays d’Afrique subsaharienne, pays UEMOA, et directement au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo. Idrissa Yaya DIANDY dans l’article Analyse exploratoire spatiale des effets sanitaires et économiques de la COVID-19 à partir de données mondialeseffectue une analyse des effets sanitaires et économiques de la pandémie de COVID-19. L’échantillon est composé de 132 pays et la méthodologie se fonde sur l’analyse exploratoire des données spatiales. Le calcul de l’output gap par la méthode de Hodrick-Prescott a permis de ressortir les manifestations économiques de la crise sanitaire, à travers les écarts de production pour l’année 2020. La variable sanitaire, quant à elle, est mesurée par le taux d’incidence de la COVID-19 et la mortalité. Les résultats des estimations ont permis de valider l’hypothèse d’autocorrélation spatiale aussi bien pour la variable sanitaire que pour la variable économique.  L’examen du diagramme de Moran confirme le schéma d’association spatiale local positif, c’est-à-dire l’existence à la fois de similitudes entre pays voisins dans la manifestation de la pandémie et d’hétérogénéité spatiale entre les groupes de pays. De manière plus précise, les résultats montrent l’existence de clusters avec de faibles niveaux d’incidence de la COVID-19 en Afrique et en Asie, comparati­vement à l’Europe et à l’Amérique du Nord. De plus, si les pays à revenu élevé ont généralement été davantage touchés sur le plan sanitaire, ils ont toutefois développé une plus grande résilience économique. (Krzysztof Malaga).
Publiée: 2023-12-30

L'ensemble du numéro

Voir tous les numéros